Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 10:47

Sur 13 ovocytes, 7 étaient mûrs et fécondables, 5 immatures, et 1 vide.

La fécondation ne s'est pas faite car il y a visiblement un problème d'interaction entre les gamètes. Les spermatozoïdes, tous vaillants qu'il soient, n'adhèrent pas à la membrane.

Etant donné que je n'ai jamais été enceinte de ma vie et que Mr a déjà conçu 2 fois, et qu'en plus les paramètres spermatiques sont normaux, le Dr D. penche pour une anomalie ovocytaire et souhaite poursuivre les investigations en ce sens.

Cette anomalie pourrait être d'ordre génétique. Je vais recevoir chez moi des prescriptions pour des analyses génétiques. Dont un caryotype. Il paraît que les anomalies sont rares. Mais bon... l'échec total de fécondation l'est aussi.

En fonction des résultats il sera décidé de poursuivre soit en ICSI, soit en ICSI avec DPI (diagnotique pré-implantatoire) soit ... je préfère ne pas y penser.

J'ai peur. Je suis effondrée. Mon intuition était donc bonne: je suis un monstre avec des ovocytes tout pourraves et si la nature empêche que je me reproduise c'est pour une bonne raison.

Mon intuition me dit que la suite va être encore plus compliquée et qu'on n' est pas au bout des mauvaises surprises.

L'espoir d'être enceinte un jour est en train de fondre comme neige au soleil...

Repost 0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 09:08

Pleurer, pleurer, pleurer.

Ne rien réussir à faire de sa journée

S'endormir tant bien que mal. Se réveiller en pleine nuit et se reprendre la réalité en pleine face: "ah oui c'est vrai, échec total de fécondation".

Ne pas se rendormir.

Avoir mal au ventre. Crier de chagrin plus que de douleur.

Entendre l'homme passer le coup de fil au labo à 7H30 dans la pièce à côté. Comprendre à sa manière de raccrocher que la mauvaise nouvelle est bien confirmée.

Le regarder partir travailler.

Se faire un thé qui n'a aucun goût.

Se demander pourquoi? Comment?

Pleurer encore.

Attendre le coup de fil du Dr. D. en espérant quelques bribes d'explications.

Redouter une autre mauvaise nouvelle.

Repost 0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 10:03

coup de fil du labo.

Malheureusement pas de fécondation

Rappeler demain à 7h30 pour voir si fécondation tardive.

Tout s'écroule...

Repost 0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 09:01

anemones.JPG

La ponction a eu lieu hier et s'est bien passée.

Je n'ai même pas vu le Dr D après mon réveil, c'est Mr Waitingline qui m'a annoncé le résultat de la ponction : 13 ovocytes. Je n'en espérais pas autant ... j'étais heureuse et fière. J'espère qu'ils sont de bonne qualité.

Ce n'est qu'hier soir que mon corps s'est vraiment réveillé a pris conscience de ce qui s'était passé. Du coup je reste allongée pour le moment et je me shoote au spasfon et au paracétamol.

En fait, j'était moins stressée une fois sur place à la clinique que pendant les 48h qui ont précédé. Il faut dire que l'ambiance a été assez particulière au bureau. La hiérachie m'a fait sentir à coups de petites remarques sournoises que mon absence était "comprise" vu les circonstances, mais que "quand même ça tombait mal avec le rush de la rentrée" et que je les mettais dans une situation difficile. Elles m'ont harcelée pour savoir quelle serait la durée exacte de mon arrêt de travail alors que je ne le sais même pas moi-même. J'ai dû inventer, j'ai dit une semaine.

voilà... on attend fébrilement de savoir si nos petites cellules d'amour ont pu se rencontrer. Ce serait un événement pour nous après toutes ces années de vide, d'incertitude et d'incomphréhension

Juste savoir que c'est possible...

To be continued...

Repost 0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 15:07

Capture-d-ecran-2012-09-02-a-16.11.31.png

12 x provamès + 9 x GonalF+ 4 x cetrotide + bcp d'amour = ?

 

Mais en fait ça fait déjà un peu 3 semaines que je suis rentrée.

Je passe sur les vacances qui ont été en demi-teinte, pour cause de, dirons-nous , "tensions inhérentes au fait de vivre avec un homme qui a déjà un enfant en phase de pré-adolescence, situation parfois incompatible avec la lassitude à tendance dépressive de la marâtre, infertile primaire de son état" ... j'aimerais tant ne plus juste être cette "marâtre". J'aimerais tant que cette famille s'agrandisse, qu'on trouve un équilibre, me sentir enfin légitime.

Donc cette rentrée a été un peu particulière pour moi car je suis déjà en plein dans la première FIV.

Le traitement a débuté sur mon lieu de vacances, avec la prise des premiers cachets de provamès. Puis de retour à Paris le rendez-vous avec l'anesthésiste à la clinique. Puis depuis une semaine les injections, depuis 3 jours on poursuit la stim tout en bloquant à coup de cetrotide.

Le premier contrôle a eu lieu jeudi dernier, avec 7 follicules qui semblaient bien partis. Par contre un endomètre déjà à 16 (effet du provamès? Je vois mal comment un embryon pourrait s'y lover sans finir asphyxié... même si le Dr D. ne semble pas inquiet), et toujours le fameux polype bien visible (celui qui avait disparu par magie lors de l'hystéroscopie il y a un peu plus d'un an).

Bref... en demi-teinte encore.

Demain nouveau contrôle. Je ne réalise pas bien que la suite (si suite il y a) est toute proche...

Nous avançons pas à pas, impatients et inquiets tout à la fois.
Nous avons très envie d'y croire. De croire que le bout du chemin est pour bientôt, que notre petit bonheur nous attend pas loin.

C'est sans doute l'euphorie de la "première fois".
Je me souviens lors de la 1ère IAC je me sentais quasi enceinte en sortant du cabinet du médecin. Alors que pas du tout !

Alors prudence... la PMA c'est aussi ça : tout un art de calmer sa joie.

Je pense fort à celles qui ont eu un été bien difficile, je pense à ces petites vies qui se sont envolées. Comme vous êtes fortes, comme vous êtes belles. Vous êtes des Mamans avec un grand M.

Repost 0

Présentation

  • : In the waiting line... chroniques d'une infertile
  • In the waiting line... chroniques d'une infertile
  • : Mon combat pour avoir (peut-être) un bébé un jour.
  • Contact

Profil

  • WaitingLine
  • Jeune trentenaire, parisienne, nullipare et belle-mère qui aimerait aussi devenir mère tout court.
  • Jeune trentenaire, parisienne, nullipare et belle-mère qui aimerait aussi devenir mère tout court.

PARCOURS

2009

Mars  : on va avoir un bébé, normalement, naturellement évidemment. L'homme a déjà un petit.

Septembre  : premiers doutes et début des examens pour moi: Dosages hormonaux, échographies, hystérographie...tout est normal. On attend.

2010

Juillet :  Monsieur se décide à faire son spermogramme >  8% de typiques. On flippe un peu.

2011

janvier : nouveau spermogramme: 15 % de typiques. Finalement on est quasi dans la norme. On nous classe dans la catégorie "infertilité idiopathique". Rien ne nous empêche de concevoir paraît-il...Ca peut marcher naturellement ou pas, ou maintenant ou dans 10 ans...  On est désorientés.

février : IAC 1 , réalisée dans un cabinet privé - négative. Découverte d'un polype lors d'une des échographies de monitoring.

Mai : hystéroscopie sous AG pour enlever le polype. En fait il n'y avait pas de polype.  Qu'ils sont drôles ces échographes!

septembre  : RDV centre AMP - IMM- En route pour la suite des IAC. On y croit.

novembre  : IAC 2- négative. On s'accroche on continue.

2012

janvier  : IAC 3 - négative. On doute.

février : IAC 4 - négative. On est découragés.

mars  : IAC 5 - négative, bien sûr. On n'en peut plus.

avril : L'hypothèse du "pas de chance / idiopathique" me déprime et m'agace au plus haut point. Pause de quelques mois pour cause de grosse fatigue morale et physique. Consultation auprès d'un nouveau gynéco pour un second avis. On est très fatigués.

juillet: Changement de centre. Nouveau départ. Nouvel espoir.

septembre : FIV 1 - 13 ovocytes - 0 embryon -ca s'appelle un " Echec total de fécondation".On est anéantis.
Dépression.

octobre : Caryotypes et X fragile OK.

novembre :  Hystéroscopie : ablation de 3 polypes.


2013

février : FIV ICSI 1 bis. 1 embryon transféré. 5 sur la banquise.



 

 

Recherche