Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 09:23

Les annonces se multiplient. Des deuxièmes grossesses en pagaille, et hier ça :

Daphné Bürki s'offre une annonce grandiose à la télé

Au secours. Arrêtez s'il vous plaît.

En l'espace de 4 ans j'ai jamais eu le moindre début de grossesse.

JE SAIS que je suis la femme la moins fertile de l'univers. Je le sais, j'ai bien compris là.

STOP !!!!!!!!!

Bon, faut que j'aille chez Pôle-Emploi. (Je vous ai dit que j'avais quitté mon job toxique? ), je suis chômeuse et stérile. C'est pas le bonheur?

Repost 0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 09:15

Passer un réveillon au fond du lit car malade.

Envoyer des SMS de bonne année sans que le coeur y soit vraiment.

En recevoir et les trouver dérisoires et sans saveur.

Se rappeler les 3 précédents réveillons et constater amèrement que la roue n'a pas tourné cette fois non plus.

Ne plus oser se dire que le prochain réveillon sera meilleur.

Regarder les amis s'occuper de leurs enfants et ressentir intensément son incomplétude.

Commencer un bouquin* pris au hasard dans une librairie, découvrir au fil des pages l'histoire triste à mourir d'une femme stérile dans les années 40. Pure coïncidence ou fatalité?

Découvrir en rentrant à Paris les bonnes nouvelles sur la blogosphère. Se réjouir tout en constatant qu'on fait toujours partie de la poignée de celles qui sont inexorablement encore et toujours sur le quai...

Jeter un coup d'oeil vers les voisins d'en face en ouvrant les volets. Personne. Dans quelques jours certainement le retour à la maison avec le nouveau-né.

Ressortir du dossier les fameuses ordonnances... Une image qui vient : être debout au bord d'une haute falaise avec un parachute. Sauter. Soit le parachute s'ouvre en route et on rejoint les nuages. Soit il ne s'ouvre pas et on s'écrase sur les rochers comme une merde.

Se demander une énième fois d'où vient cette stérilité. Se demander si on n'est pas juste stérile d'attendre cet enfant.

Souhaiter ne plus l'attendre tout en sachant que c'est impossible.

Alors pour cette nouvelle année, je souhaite à toutes celles qui sont dans les nuages d'y rester et d'en profiter, de savourer.

Aux autres, celles qui comme moi sont encore en haut de la falaise et ont peur de la chute, je leur souhaite juste du courage et d'être fortes.

Accrochons-nous. Que peut-on faire d'autre?

  Capture-d-ecran-2013-01-07-a-09.13.38-copie-1.png

(j'ai piqué la carte de voeux du magazine Causette, elle me semble tout à fait appropriée )

* le confident. Hélène Grémillon.

 

 

Repost 0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 10:09

Encore un de plus, un Noël dans l'attente, le doute, l'absence.

Et cette chanson que j'aime dont j'ai emprunté le titre pour mon blog, toujours aussi d'actualité...

 

 

Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 09:24

Ca fait du bien d'entendre ça de temps en temps: "c'est normal".

Les saignements légers (qui continuent un peu d'ailleurs...) sont normaux.

Pas besoin d'une nouvelle hystéro diagnostic.

Je suis ressortie de chez D. rassurée avec en poche quelques photos de mon utérus "before and then" (avant et après les polypes) et un "passez de bonnes fêtes, on va essayer de bien commencer 2013" encourageant.

Donc si tout va bien (vous noterez le "si") on se lance dans l'ICSI dès le cycle de janvier.

Je vous souhaite à toutes des fêtes de fin d'année aussi douces que possible.

Repost 0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 09:55

Avec ses vêtements ondoyants et nacrés,
Même quand elle marche on croirait qu'elle danse,
Comme ces longs serpents que les jongleurs sacrés
Au bout de leurs bâtons agitent en cadence.

Comme le sable morne et l'azur des déserts,
Insensibles tous deux à l'humaine souffrance,
Comme les longs réseaux de la houle des mers,
Elle se développe avec indifférence.

Ses yeux polis sont faits de minéraux charmants,
Et dans cette nature étrange et symbolique
Où l'ange inviolé se mêle au sphinx antique,

Où tout n'est qu'or, acier, lumière et diamants,
Resplendit à jamais, comme un astre inutile,
La froide majesté de la femme stérile.
 
Charles Baudelaire.

 

C'était la minute  poésie du mardi.

Je l'illustre avec ce tableau du peintre Pierre Puvis de Chavannes qui m'est revenu en mémoire à la lecture de ces mots et qui s'intitule "Folle au bord de la mer" (1879). On peut le voir au Musée d'Orsay.

Capture-d-ecran-2012-12-18-a-09.59.24.png

Belle journée à toutes.

Repost 0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 14:17

... parce que 2012 n'est pas fini...et oui il reste encore quelques jours à tirer.

Parce que 2012 est une année catastrophique.

Parce que j'ai eu une ablation de polypes le 28( à J11 du cycle) , et qu' à J25 ont débarquées les règles. Enfin, si je peux appeler ça des règles: 3 fois rien, quelques filets bien sombres mais réguliers pendant 5 jours.

Bref, c'est pas des règles "normales" du tout. Alors psychottage intense sur un ratage de l'intervention, Google (je sais je mérite des claques) m'aiguille sur d'éventuelles "synéchies" qui retiennent les règles arrivent parfois dans les suites d'hystéroscopies opératoires, et qui nécessitent une autre intervention.

Demain rdv post-op' avec Dr D. ... d'ici là c'est la fête dans ma tête, je me vois déjà avec des complications et je n'en dors plus la nuit.

Quand est-ce que c'est qu'elle tourne la roue?

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 08:52

Hier j'ai fait ma première séance de sophrologie. Une expérience en demi-teinte.

Pourquoi ai-je décidé de tenter la sophrologie? Et bien parce que je suis anxieuse de nature et que la PMA a tendance à décupler mon anxiété.

J'espère que cette technique me permettra d'apprendre à me relaxer, à respirer et à me réapproprier mon corps et mes sensations, à retrouver une image plus positive de moi-même et mieux traverser les étapes de la FIV.

La première partie de la séance a consisté à dresser mon profil. La thérapeute ma donc posé de nombreuses questions sur mon parcours, mon contexte de couple, mon contexte familial, et mon parcours PMA.

En lui racontant tout cela je me suis rendue compte à quel point ce contexte était merdique difficile : 

Tout d'abord les débuts chaotiques de ma relation avec Mr Waiting Line. Sans entrer dans les détails vraiment ce n'était pas gagné  au début et nous avions le sentiment que le monde entier était contre nous. On s'est séparés plusieurs fois en se disant que ce n'était pas viable, et puis finalement l'amour a été plus fort. Mais il a fallu braver les foudres d'une ex hystérique et dépressive, puis le rejet de petit d'homme qui s'est calmé, puis s'est réactive, puis s'est calmé, puis est réapparu de nouveau... bref, notre histoire n'a pas été un long fleuve tranquille.

Et puis il a fallu expliquer la PMA, les 4 ans d'absence de grossesse, les 5 inséminations ratées, la FIV sans embryon. Et en le disant, j'ai pris conscience du caractère "exceptionnel" de ma situation. C'est quand même hallucinant ce parcours. Ca m'a fait froid dans le dos. J'ai eu envie de ne pas être moi, de ne pas être cette personne qui parle de son parcours. J'ai eu peur.

Là où j'en veux à la thérapeute c'est qu'elle m'a alors parlé d'incompatibilité au sein du couple.
Elle m'a cité en exemple l'une de ses anciennes patientes qui pendant des années n'arrivait pas à faire un enfant avec son mari et qui a fini à tomber enceinte après avoir pris un amant.

C'est l'horreur pour moi d'entendre ça. Vraiment. Parce que mon désir d'enfant a vu le jour avec Mr Waiting Line, avec mes précédents compagnons il n'en était même pas question. Cela voudrait dire que parmi tous les hommes qui peuplent cette ville, je suis tombée amoureuse de celui avec lequel je ne pourrais pas concevoir un enfant. Un couple contre nature en somme. Une erreur de casting. Et là l'échec de fécondation me revient de plein fouet. Parce que c'est une preuve concrète d'incompatibilité quand même. Vraiment PAS DE POT j'ai envie de dire. Ca ressemble à une tragédie classique.

Elle m'a aussi demandé si je songeais à l'adoption. Là encore ça fait mal. J'ai essayé de ne pas laisser me submerger par l'émotion et de lui expliquer aussi calmement que possible que pour l'instant l'idée de ne pas porter et mettre au monde le fruit de notre amours et de nos deux corps me terrorisait. Que l'adoption m'apparaît pour l'instant comme un long parcours du combattant, ponctué d'intrusions de tierces personnes qui viennent vous juger sur votre motivation et votre capacité à devenir parents. Que je n'ai pas fait le deuil de l'enfant biologique. Que j'ai un désir viscéral de porter un enfant, de vivre la grossesse et l'accouchement. Qu'y renoncer serait une souffrance énorme et que bien sûr je suis obligée de l'envisager mais que ça m'angoisse au plus haut point.

Après cette discussion, autant vous dire que j'étais "légèrement tendue".

Heureusement elle m'a proposé de commencer tout de suite un premier exercice. Elle baisse la lumière et c'est parti.

Il faut prendre conscience de la pièce dans laquelle on se trouve, puis fermer les yeux, et se resituer mentalement dans cet espace. La suite consiste à suivre ses instructions, respirer d'une certaine manière, prendre conscience des différentes parties du corps et les relâcher autant que possible. Puis elle demande de visualiser un lieu agréable dans lequel on se sent bien, de laisser venir les odeurs, les bruits, les couleurs propres à ce lieu de calme. Puis de visualiser une fleur qui éclot. Puis de laisser venir librement les pensées ou les souvenirs comme un film qui défilerait devant les yeux.

Je n'ai pas réussi à tout faire correctement. Mais au bout de 20 minutes, je ne sentais plus mon corps, je respirais calmement, et quand la séance à pris fin je me suis sentie comme si j'avais dormi une nuit entière. La même sensation d'un corps relâché et reposé. J'ai été bluffée ! Moi qui suis dans la tension et la résistance j'ai réussi à me détendre vraiment.

Donc malgré des débuts difficiles, je vais y retourner, car ça m'a procuré un vrai bien-être et elle m'a dit qu'elle allait m'apprendre des techniques pour mieux gérer la ponction, la douleur et l'attente et me sentir maître de mon corps malgré l'intrusion médicale.

 

Capture-d-ecran-2012-12-13-a-09.43.59.png

NB : voici ce que dit le site fertility.org au sujet de l'incompatiblité :


Peut-il y avoir stérilité par incompatibilité entre les deux membres du couple ?

Cette notion d'incompatibilité entre deux personnes est une hypothèse, qui n'a pas reçu de démonstration. Tout au plus, il se pourrait que, lorsqu'il y a de nombreuses analogies génétiques entre les deux parents, l'embryon formé ait moins de chances de poursuivre son développement ; de toute façon, dans ce cas, il n'y a pas échec de fécondation mais un arrêt du développement embryonnaire.

On peut citer aussi l'existence d'anticorps anti-spermatozoïdes bloquant le passage des spermatozoïdes dans la glaire. Il se trouve qu'après séparation, les deux membres d'un couple infécond procréent chacun de leur côté. L'explication est que ces deux personnes étaient hypofertiles et ont rencontré de nouveaux partenaires normalement ou hyperfertiles.

Repost 0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 08:47

Cher petit papa Noël,

J'ai été bien sage cette année une fois de plus... et dieu sait combien cette année a été difficile. J'ai fait plein d'efforts, je me suis battue, je n'ai pas baissé les bras, je suis repassée sur le billard, je suis devenue - je crois - une belle-mère acceptable.

Ca fait 4 Noël que j'attends que tu déposes un test de grossesse positif au pied du sapin.

Laisse moi te dire une chose Père Noël : tu crains.

Tu préfères déposer des bébés chez des gens qui choisissent de laisser leur enfant dans une voiture sur un parking par -10 °C le temps de faire leurs courses de Noël ?

http://www.bfmtv.com/societe/un-couple-garde-a-vue-avoir-laisse-bebe-une-voiture-401228.html

C'est ton choix.

Le mien c'est de te considérer désormais comme un gros beauf' sans foi ni loi, et si je t'avais en face de moi  je te ferais bouffer ta barbe.

On sait tous que les lutins n'existent pas et qu'en réalité tu exploites des petits enfants en Asie pour fabriquer les jouets.

Alors : VA TE FAIRE FOUTRE, toi, tes rennes et ton "HO HO HO" ridicule.

Waiting Line (33 ans, sans enfant)

PS : Ne perds pas ton temps à passer chez moi, il n'y aura pas de sapin cette année et j'ai dressé mon chat pour vomir sur tes bottes au cas où...

 

Capture-d-ecran-2012-12-11-a-08.49.12.png

Repost 0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 09:15

Grâce à Nana, j'ai découvert ce site hilarant qui s'appelle zero-sociaux.fr et répertorie les perles de nos chers réseaux sociaux. FB regorge de pépites, notamment dans la catégorie "famille"et je ne résiste pas à partager ce qui m'a valu une bonne crise de rire en buvant mon café ce matin:

Capture d’écran 2012-12-03 à 16.59.27

Je sais, je sais, c'est pas bien de se moquer...

Ceci dit je souhaite la "biunvenu à sette anfent"

Repost 0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 09:09

Suite à une discussion avec Lutine hier, envie de partager cet article de Libé sur lequel j'étais tombée il y a déjà longtemps:

De l'autre côté du miroir, les berceaux vides de la fécondation in vitro

Parce qu'on n'en parle jamais - ou si peu -  finalement.

La finalité n'est pas de "saper" le moral des unes et des autres, et nous sommes déjà toutes au fait des statistiques de réussite, mais je trouve que nous ne sommes pas suffisamment informées, alors que c'est la réalité... et en France coté PMA, que ce soit sur le plan technique tant que sur le plan de l'accompagnement humain des patientes,  il faut bien admettre qu'on est pas au top du top...

Aborder le parcours PMA, c'est un savant dosage d'optimisme et de lucidité. Y croire pour tenir, mais garder les pieds sur terre et continuer d'envisager sa vie autrement et continuer d'essayer de vivre tout court.

Cela étant dit, je nous souhaite à toutes qui sommes encore sur le quai plein de berceaux avec des bébés dedans.

Repost 0

Présentation

  • : In the waiting line... chroniques d'une infertile
  • In the waiting line... chroniques d'une infertile
  • : Mon combat pour avoir (peut-être) un bébé un jour.
  • Contact

Profil

  • WaitingLine
  • Jeune trentenaire, parisienne, nullipare et belle-mère qui aimerait aussi devenir mère tout court.
  • Jeune trentenaire, parisienne, nullipare et belle-mère qui aimerait aussi devenir mère tout court.

PARCOURS

2009

Mars  : on va avoir un bébé, normalement, naturellement évidemment. L'homme a déjà un petit.

Septembre  : premiers doutes et début des examens pour moi: Dosages hormonaux, échographies, hystérographie...tout est normal. On attend.

2010

Juillet :  Monsieur se décide à faire son spermogramme >  8% de typiques. On flippe un peu.

2011

janvier : nouveau spermogramme: 15 % de typiques. Finalement on est quasi dans la norme. On nous classe dans la catégorie "infertilité idiopathique". Rien ne nous empêche de concevoir paraît-il...Ca peut marcher naturellement ou pas, ou maintenant ou dans 10 ans...  On est désorientés.

février : IAC 1 , réalisée dans un cabinet privé - négative. Découverte d'un polype lors d'une des échographies de monitoring.

Mai : hystéroscopie sous AG pour enlever le polype. En fait il n'y avait pas de polype.  Qu'ils sont drôles ces échographes!

septembre  : RDV centre AMP - IMM- En route pour la suite des IAC. On y croit.

novembre  : IAC 2- négative. On s'accroche on continue.

2012

janvier  : IAC 3 - négative. On doute.

février : IAC 4 - négative. On est découragés.

mars  : IAC 5 - négative, bien sûr. On n'en peut plus.

avril : L'hypothèse du "pas de chance / idiopathique" me déprime et m'agace au plus haut point. Pause de quelques mois pour cause de grosse fatigue morale et physique. Consultation auprès d'un nouveau gynéco pour un second avis. On est très fatigués.

juillet: Changement de centre. Nouveau départ. Nouvel espoir.

septembre : FIV 1 - 13 ovocytes - 0 embryon -ca s'appelle un " Echec total de fécondation".On est anéantis.
Dépression.

octobre : Caryotypes et X fragile OK.

novembre :  Hystéroscopie : ablation de 3 polypes.


2013

février : FIV ICSI 1 bis. 1 embryon transféré. 5 sur la banquise.



 

 

Recherche