Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 08:52

Hier j'ai fait ma première séance de sophrologie. Une expérience en demi-teinte.

Pourquoi ai-je décidé de tenter la sophrologie? Et bien parce que je suis anxieuse de nature et que la PMA a tendance à décupler mon anxiété.

J'espère que cette technique me permettra d'apprendre à me relaxer, à respirer et à me réapproprier mon corps et mes sensations, à retrouver une image plus positive de moi-même et mieux traverser les étapes de la FIV.

La première partie de la séance a consisté à dresser mon profil. La thérapeute ma donc posé de nombreuses questions sur mon parcours, mon contexte de couple, mon contexte familial, et mon parcours PMA.

En lui racontant tout cela je me suis rendue compte à quel point ce contexte était merdique difficile : 

Tout d'abord les débuts chaotiques de ma relation avec Mr Waiting Line. Sans entrer dans les détails vraiment ce n'était pas gagné  au début et nous avions le sentiment que le monde entier était contre nous. On s'est séparés plusieurs fois en se disant que ce n'était pas viable, et puis finalement l'amour a été plus fort. Mais il a fallu braver les foudres d'une ex hystérique et dépressive, puis le rejet de petit d'homme qui s'est calmé, puis s'est réactive, puis s'est calmé, puis est réapparu de nouveau... bref, notre histoire n'a pas été un long fleuve tranquille.

Et puis il a fallu expliquer la PMA, les 4 ans d'absence de grossesse, les 5 inséminations ratées, la FIV sans embryon. Et en le disant, j'ai pris conscience du caractère "exceptionnel" de ma situation. C'est quand même hallucinant ce parcours. Ca m'a fait froid dans le dos. J'ai eu envie de ne pas être moi, de ne pas être cette personne qui parle de son parcours. J'ai eu peur.

Là où j'en veux à la thérapeute c'est qu'elle m'a alors parlé d'incompatibilité au sein du couple.
Elle m'a cité en exemple l'une de ses anciennes patientes qui pendant des années n'arrivait pas à faire un enfant avec son mari et qui a fini à tomber enceinte après avoir pris un amant.

C'est l'horreur pour moi d'entendre ça. Vraiment. Parce que mon désir d'enfant a vu le jour avec Mr Waiting Line, avec mes précédents compagnons il n'en était même pas question. Cela voudrait dire que parmi tous les hommes qui peuplent cette ville, je suis tombée amoureuse de celui avec lequel je ne pourrais pas concevoir un enfant. Un couple contre nature en somme. Une erreur de casting. Et là l'échec de fécondation me revient de plein fouet. Parce que c'est une preuve concrète d'incompatibilité quand même. Vraiment PAS DE POT j'ai envie de dire. Ca ressemble à une tragédie classique.

Elle m'a aussi demandé si je songeais à l'adoption. Là encore ça fait mal. J'ai essayé de ne pas laisser me submerger par l'émotion et de lui expliquer aussi calmement que possible que pour l'instant l'idée de ne pas porter et mettre au monde le fruit de notre amours et de nos deux corps me terrorisait. Que l'adoption m'apparaît pour l'instant comme un long parcours du combattant, ponctué d'intrusions de tierces personnes qui viennent vous juger sur votre motivation et votre capacité à devenir parents. Que je n'ai pas fait le deuil de l'enfant biologique. Que j'ai un désir viscéral de porter un enfant, de vivre la grossesse et l'accouchement. Qu'y renoncer serait une souffrance énorme et que bien sûr je suis obligée de l'envisager mais que ça m'angoisse au plus haut point.

Après cette discussion, autant vous dire que j'étais "légèrement tendue".

Heureusement elle m'a proposé de commencer tout de suite un premier exercice. Elle baisse la lumière et c'est parti.

Il faut prendre conscience de la pièce dans laquelle on se trouve, puis fermer les yeux, et se resituer mentalement dans cet espace. La suite consiste à suivre ses instructions, respirer d'une certaine manière, prendre conscience des différentes parties du corps et les relâcher autant que possible. Puis elle demande de visualiser un lieu agréable dans lequel on se sent bien, de laisser venir les odeurs, les bruits, les couleurs propres à ce lieu de calme. Puis de visualiser une fleur qui éclot. Puis de laisser venir librement les pensées ou les souvenirs comme un film qui défilerait devant les yeux.

Je n'ai pas réussi à tout faire correctement. Mais au bout de 20 minutes, je ne sentais plus mon corps, je respirais calmement, et quand la séance à pris fin je me suis sentie comme si j'avais dormi une nuit entière. La même sensation d'un corps relâché et reposé. J'ai été bluffée ! Moi qui suis dans la tension et la résistance j'ai réussi à me détendre vraiment.

Donc malgré des débuts difficiles, je vais y retourner, car ça m'a procuré un vrai bien-être et elle m'a dit qu'elle allait m'apprendre des techniques pour mieux gérer la ponction, la douleur et l'attente et me sentir maître de mon corps malgré l'intrusion médicale.

 

Capture-d-ecran-2012-12-13-a-09.43.59.png

NB : voici ce que dit le site fertility.org au sujet de l'incompatiblité :


Peut-il y avoir stérilité par incompatibilité entre les deux membres du couple ?

Cette notion d'incompatibilité entre deux personnes est une hypothèse, qui n'a pas reçu de démonstration. Tout au plus, il se pourrait que, lorsqu'il y a de nombreuses analogies génétiques entre les deux parents, l'embryon formé ait moins de chances de poursuivre son développement ; de toute façon, dans ce cas, il n'y a pas échec de fécondation mais un arrêt du développement embryonnaire.

On peut citer aussi l'existence d'anticorps anti-spermatozoïdes bloquant le passage des spermatozoïdes dans la glaire. Il se trouve qu'après séparation, les deux membres d'un couple infécond procréent chacun de leur côté. L'explication est que ces deux personnes étaient hypofertiles et ont rencontré de nouveaux partenaires normalement ou hyperfertiles.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Je trouve ses propos extrêmement maladroits et malvenus. En même temps, elle sait maintenant à quoi s'en tenir... Et si elle a un peu de sensibilité, elle ne t'embêtera plus avec de telles<br /> questions et t'aidera à te relaxer comme il le faut.
Répondre
L
Les sophrologues ne sont pas médecins dont ce qu'ils te disent sur l'infertilité, tu t'en tapes. Son boulot, c'est de t'aider à te détendre et à reprendre confiance en toi, pas d'élaborer des<br /> théories foireuses (et non validées scientifiquement) sur l'incompatibilité des couples en PMA.
Répondre
D
A mon avis n'écoute pas ce que te dit la sophrologue sur l' "incompatibilité"... Ca me rappelle les gens de mon entourage qui me disaient que mon infertilité était peut-être dans ma tête alors<br /> qu'en fait il s'est avéré que j'avais seulement des trompes complètement bouchées.<br /> <br /> C'est avec ton homme que tu as eu envie d'avoir des enfants, c'est avec lui que tu traverses ces épreuves, et je suis sûre que c'est aussi avec lui que tu y arriveras un jour, même si c'est sûr que<br /> l'infertilité vécue sur une longue durée peut faire douter de la solidité du couple, j'en sais quelque chose...
Répondre
L
Je trouve ça un peu brutal son discours... Au début de nos essais, après 8 mois, je commençais doucement à me demander ce qui clochait, une psy que j'ai vu une fois m'a dit quand je lui disait mes<br /> ainquiétudes "mais pourquoi vous voulez déjà faire un enfant, vous venez de vous marier"? Heu, mais de quoi je me mêle ! Je l'ai très mal pris...<br /> Mais la sophrologie, c'est une vraiment bonne idée, j'espère que ça t'aidera :)
Répondre
W
<br /> <br /> Je l'ai mal pris aussi... déjà que l'espoir d'y arriver est vraiment faible alors ça n'aide pas.<br /> <br /> <br /> <br />
K
As-tu pu lui dire à quel point sa façon de présenter les choses pouvait être choquante pour toi? Et je comprends complètement que ça le soit. Je ne crois pas non plus à cette histoire<br /> d'incompatibilité. Parfois j'ai l'impression que les thérapeutes ne se rendent pas compte de l'effet nocif que quelques mots peuvent avoir... et pourtant, c'est primordial d'être très prudent sur<br /> la formulation de ses phrases, surtout sur un sujet qu'on ne maîtrise pas, ce qui semble être le cas pour cette sophrologue concernant l'infertilité.<br /> Le bon côté est que tu as pu te détendre. Peut-être qu'il serait important de lui dire lors d'une prochaine séance qu'elle fasse attention à ce qu'elle dit sur l'infertilité, parce que ça peut<br /> avoir l'effet complètement inverse à celui que tu viens chercher chez elle...<br /> Bises
Répondre
W
<br /> <br /> Je lui dirai sans doute la prochaine fois car je n'arrête pas de ressasser et ça m'a mis un coup au moral en fait... un peu comme si on me disait " change de mec, avec lui ça marchera jamais".<br /> Vraiment pas cool.<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : In the waiting line... chroniques d'une infertile
  • : Mon combat pour avoir (peut-être) un bébé un jour.
  • Contact

Profil

  • WaitingLine
  • Jeune trentenaire, parisienne, nullipare et belle-mère qui aimerait aussi devenir mère tout court.
  • Jeune trentenaire, parisienne, nullipare et belle-mère qui aimerait aussi devenir mère tout court.

PARCOURS

2009

Mars  : on va avoir un bébé, normalement, naturellement évidemment. L'homme a déjà un petit.

Septembre  : premiers doutes et début des examens pour moi: Dosages hormonaux, échographies, hystérographie...tout est normal. On attend.

2010

Juillet :  Monsieur se décide à faire son spermogramme >  8% de typiques. On flippe un peu.

2011

janvier : nouveau spermogramme: 15 % de typiques. Finalement on est quasi dans la norme. On nous classe dans la catégorie "infertilité idiopathique". Rien ne nous empêche de concevoir paraît-il...Ca peut marcher naturellement ou pas, ou maintenant ou dans 10 ans...  On est désorientés.

février : IAC 1 , réalisée dans un cabinet privé - négative. Découverte d'un polype lors d'une des échographies de monitoring.

Mai : hystéroscopie sous AG pour enlever le polype. En fait il n'y avait pas de polype.  Qu'ils sont drôles ces échographes!

septembre  : RDV centre AMP - IMM- En route pour la suite des IAC. On y croit.

novembre  : IAC 2- négative. On s'accroche on continue.

2012

janvier  : IAC 3 - négative. On doute.

février : IAC 4 - négative. On est découragés.

mars  : IAC 5 - négative, bien sûr. On n'en peut plus.

avril : L'hypothèse du "pas de chance / idiopathique" me déprime et m'agace au plus haut point. Pause de quelques mois pour cause de grosse fatigue morale et physique. Consultation auprès d'un nouveau gynéco pour un second avis. On est très fatigués.

juillet: Changement de centre. Nouveau départ. Nouvel espoir.

septembre : FIV 1 - 13 ovocytes - 0 embryon -ca s'appelle un " Echec total de fécondation".On est anéantis.
Dépression.

octobre : Caryotypes et X fragile OK.

novembre :  Hystéroscopie : ablation de 3 polypes.


2013

février : FIV ICSI 1 bis. 1 embryon transféré. 5 sur la banquise.



 

 

Recherche