Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 11:15

2725691256_3c7c79d575.jpg

Derrière la fenêtre, de l'autre côté de la rue, pas loin, à quelques mètres. Elles sont là.

L'avantage d'avoir un balcon c'est de pouvoir faire pousser des plantes et s'offrir un petit écrin de verdure dans la grisaille parisienne. Et puis réussir à faire pousser des plantes, c'est déjà ça...

L'inconvénient d'avoir un balcon, dans une petite rue, avec un vis à vis assez proche, c'est qu'on plonge involontairement chez les autres lors d'une séance d'arrosage ou en fumant une clope. On essaie de détourner le regard, mais c'est difficile de ne pas les voir : les familles, les mères, les enfants qui grandissent. Ca vit, ça court, ca crie.

Il y a ce couple au 3ème  qui vient d'emménager avec 3 petits. Quelle organisation...
Tiens, le petit garçon de l'étage d'en dessous marche. Je me souviens de lui quand il était encore tout bébé. Tiens la maman attend le 2ème on dirait...
Et l'appartement du 1er étage de l'immeuble d'à côté qui était vide encore l'hiver dernier, puis en travaux ... J'ai vu y arriver un jeune couple au début de l'année. Et hier, je l'ai vue elle à sa fenêtre en train de planter des bruyères. Son ventre est rond, bien rond. J'ai senti mon coeur et ma gorge se nouer.

"C'est leur vie, pas la nôtre" me dit chéri.

Tu m'étonnes ... nôtre vie n'est pas comme la leur. Le bonheur ne traverse jamais la rue.

Ca fait 3 ans que nous habitons ce 3 pièces. Nous avons une chambre d'enfant qui est dévastée habitée 1 semaine sur 2.  Notre chambre à coucher est grande et j'ai toujours pensé qu'on pourrait sans problème y aménager un coin bébé.

Le coin en question est toujours occupé par un bureau et un divan.  Sous le divan se trouve la boîte dans laquelle j'ai caché les quelques achats honteux compulsifs : petites chaussettes, petit gilet, petite peluche.

Envie de fermer les rideaux, de laisser les plantes crever.

Envie de déménager, au dernier étage, sans vis à vis.

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
J'aime la façon dont tu as écris ce post.<br /> Cela me rappelle lorsque j'ai emmenagé dans mon appart actuel, nous étions les seuls "jeunes" a l'étage, puis a l'apoque nous ne savions pas pour l'infertilité.<br /> Puis il y a environ 1 an et demi, un très jeune couple (18/20 ans) est venu emmenager dans l'appart juste en face de chez moi.<br /> Au début je n'y ai pas prêtée attention, puis lorsque j'ai vu son ventre rond, j'ai été triste, jalouse.<br /> Je me suis demandé pourquoi?!<br /> Puis le temps a passé, lorsque je les croise dans l'ascenseur ou autre, j'ai toujours ce petit pincement au coeur. J'habite près d'une école primaire, quand je vois les parents déposer leurs<br /> enfants à l'école, je me demande quand sera notre tour. Je ne désespère pas.<br /> Je n'arrive pas a me dire comme nos hommes (le mien aussi me dit que c'est leur vie,tant mieux pour eux), je me laisse facilement submerger par mes emotions.<br /> garde espoir.<br /> A bientot
Répondre
L
Rester spectateur... mille bisous à toi....
Répondre
W
<br /> <br /> Y en marre hein ma Vahiné? Mille bisous en retour d'un Paris bien froid et gris...<br /> <br /> <br /> <br />
P
On a aussi une chambre qui ne sert à rien et pendant ce temps on voit les petits des voisins faire leurs premiers pas, puis aller à l'école. On est dans cet appart depuis mars 2009... Je comprend<br /> l'envie de déménager au dernier étage sans vis à vis ;-)<br /> On est au premier...
Répondre
W
<br /> <br /> Oui... vive les maisons sans voisins et les apparts sous les toits! Bises La Plume.<br /> <br /> <br /> <br />
L
Un petit message tout simple au cours d'un parcours qui ne l'est pas du tout...<br /> bon courage
Répondre
W
<br /> <br /> Merci !  Bienvenue sur mon blog Zazabelle.<br /> <br /> <br /> <br />
P
Nous sommes sur le quai d'une gare et nous attendons le train...mais ce foutu train va t'il passer un jour ?<br /> Je comprends tout à fait ce que je vis en regardant par la fenêtre car je vois la même chose quand j'étends mon linge....Je l'ai vu enceinte, je l'ai revenir avec son petit BB.....et ce BB je le<br /> vois grandir, maintenant c'est une petite fille...ça fait réaliser à quel point le temps passe vite et que toi t'es toujours là le ventre vide...je ne trouve pas le mots pour apaiser ta souffrance<br /> car malheureusement c'est une dure réalité pour nous.<br /> Garde espoir....et croises les volets :-)<br /> Bises
Répondre
W
<br /> <br /> Oui c'est cruel de le miracle de la vie toujours de l'autre coté de la rue. Bises<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : In the waiting line... chroniques d'une infertile
  • : Mon combat pour avoir (peut-être) un bébé un jour.
  • Contact

Profil

  • WaitingLine
  • Jeune trentenaire, parisienne, nullipare et belle-mère qui aimerait aussi devenir mère tout court.
  • Jeune trentenaire, parisienne, nullipare et belle-mère qui aimerait aussi devenir mère tout court.

PARCOURS

2009

Mars  : on va avoir un bébé, normalement, naturellement évidemment. L'homme a déjà un petit.

Septembre  : premiers doutes et début des examens pour moi: Dosages hormonaux, échographies, hystérographie...tout est normal. On attend.

2010

Juillet :  Monsieur se décide à faire son spermogramme >  8% de typiques. On flippe un peu.

2011

janvier : nouveau spermogramme: 15 % de typiques. Finalement on est quasi dans la norme. On nous classe dans la catégorie "infertilité idiopathique". Rien ne nous empêche de concevoir paraît-il...Ca peut marcher naturellement ou pas, ou maintenant ou dans 10 ans...  On est désorientés.

février : IAC 1 , réalisée dans un cabinet privé - négative. Découverte d'un polype lors d'une des échographies de monitoring.

Mai : hystéroscopie sous AG pour enlever le polype. En fait il n'y avait pas de polype.  Qu'ils sont drôles ces échographes!

septembre  : RDV centre AMP - IMM- En route pour la suite des IAC. On y croit.

novembre  : IAC 2- négative. On s'accroche on continue.

2012

janvier  : IAC 3 - négative. On doute.

février : IAC 4 - négative. On est découragés.

mars  : IAC 5 - négative, bien sûr. On n'en peut plus.

avril : L'hypothèse du "pas de chance / idiopathique" me déprime et m'agace au plus haut point. Pause de quelques mois pour cause de grosse fatigue morale et physique. Consultation auprès d'un nouveau gynéco pour un second avis. On est très fatigués.

juillet: Changement de centre. Nouveau départ. Nouvel espoir.

septembre : FIV 1 - 13 ovocytes - 0 embryon -ca s'appelle un " Echec total de fécondation".On est anéantis.
Dépression.

octobre : Caryotypes et X fragile OK.

novembre :  Hystéroscopie : ablation de 3 polypes.


2013

février : FIV ICSI 1 bis. 1 embryon transféré. 5 sur la banquise.



 

 

Recherche